Formateur occasionnel

mars 9th, 2016   •   no comments   
Formateur occasionnel

Formateur occasionnel

Devenir formateur occasionnel

Il ne suffit pas d’avoir une expertise dans un domaine pour devenir formateur occasionnel. En effet, tout l’art du formateur réside dans sa capacité à faciliter les apprentissages des apprenants, c’est-à-dire à créer les conditions pour que les apprenants apprennent véritablement.
Nous savons depuis quelques décennies déjà, que la méthode transmissive (le professeur parle, les étudiants l’écoutent et « enregistrent »), ne facilite ni l’acquisition des connaissances, ni le développement des savoir-faire.
Comment proposer des formations motivantes permettant un réinvestissement en situations professionnelles ?

Plusieurs étapes sont indispensables pour devenir formateur occasionnel.

1. Le diagnostic des besoins de formation

C’est le premier pas à réaliser avant le démarrage de la formation. Cette étape marque le début de la collaboration entre le futur apprenant et le formateur, en vue de construire un programme de formation adapté aux besoins de ce dernier.

Dans cette étape, le futur apprenant doit exprimer ses objectifs de formation (par exemple : proposer des activités pédagogiques variées ; animer un groupe ; rédiger un scénario pédagogique etc.)
Le rôle du formateur est de l’accompagner dans la formulation de ces objectifs. Il peut pour cela s’entretenir en amont avec le futur apprenant, lui faire parvenir un questionnaire…

Trop souvent, cette phase est négligée, faute de temps des deux parties. Or, le succès de la formation en dépend fortement.

2. La conception de la formation

Une formation, ça se prépare… Ca s’écrit, même, presque comme une pièce de théâtre.
Le formateur a un fil rouge, des objectifs à atteindre (il a en quelque sorte passé un contrat avec ses apprenants matérialisé par le programme de formation et l’inscription) et il a prévu, heure après heure, les moyens de les atteindre : des activités variées, des messages clés à transmettre…
C’est pour cette raison que l’on parle de scénario pédagogique.

Un conseil : prévoyez du temps !

3.L’animation de la formation

L’animation, c’est jouer le scénario prévu certes, mais notre public d’apprenants a son mot à dire, contrairement au théâtre ! (Quoi que…)
L’art du formateur, c’est d’être capable d’improviser en permanence, pour s’adapter aux apprenants.
C’est aussi faciliter la circulation des savoirs au sein du groupe et s’appuyer dessus pour en co-construire de nouveaux.
Le formateur n’est pas le seul détenteur d’expériences et de savoirs : les apprenants ont souvent une expérience directe ou indirecte avec le thème de la formation.
Favoriser le partage avec le formateur et le groupe va permettre non seulement de valoriser ses savoirs, mais aussi d’instaurer un climat de confiance bénéfique pour l’apprentissage.

4.L’évaluation de la formation

Au-delà de l’évaluation « à chaud » (réalisée à la fin de la formation), le formateur devrait s’interroger sur l’impact de sa formation sur les apprenants. La formation a-t-elle permis de faire évoluer des pratiques professionnelles ? Lesquelles ? Dans quelle mesure ? Quels questionnements perdurent ou ont émergé ?

Géraldine Hostein
IDS Développement

En savoir plus sur la formation Formation de formateur occasionnel.

Nous vous recommandons le débat La formation face à la dématérialisation des lieux de savoir avec Bernard LIETARD, Professeur au CNAM

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *